Incendies de voitures à La Roseraie : sujet sous tension à Angers
En bref, Politique

Incendies de voitures à La Roseraie : sujet sous tension à Angers

Incendie voiture

Suite aux nombreux incendies de voitures ces derniers jours, notamment dans le quartier de La Roseraie, Yves Aurégan (EELV), tête de la liste « Angers écologique et solidaire » et son colistier Alain Pagano, conseiller municipal PCF d’Angers, ont critiqué la politique de la municipalité sur la vidéoprotection.

Dans un communiqué, Jeanne Behre-Robinson, Adjointe à la sécurité et à la tranquillité publique estime que « les deux ont choisi la voie de la polémique pour s’exprimer sur ce sujet alors que les services de la Ville, en lien avec les services de l’Etat, œuvrent sur le terrain depuis plusieurs jours afin de venir en aide aux Angevins. »

« La mise en place de la vidéoprotection était un engagement de campagne du maire d’Angers et de la liste qu’il conduisait aux élections municipales de 2014. Cet engagement a été tenu. L’ancienne majorité de gauche s’y est toujours refusée par pur dogmatisme et malgré la demande de nombreux Angevins Par-delà les polémiques artificielles en ces temps de campagne électorales, les faits et le constat sont là : la vidéoprotection a permis de résoudre un grand nombre d’enquêtes, de prévenir des agressions ou des vols. »

Pour l’adjointe au maire « que les caméras de vidéoprotection ne soient pas la seule solution, c’est évident. Qu’elles soient une partie de la solution, c’est tout aussi évident. »

« Cette majorité municipale n’assume jamais ses échecs »

En retour, Silvia Camara Tombini, conseillère municipale et candidate aux élections municipales, s’est dit « très en colère » suite aux propos de l’adjointe à la sécurité.

« Décidément cette majorité municipale n’assume jamais ses échecs et rejettent toujours ses fautes sur les autres. C’est lamentable », s’exclame l’élue de la minorité.

« Depuis six ans, les caméras ont fleuri partout dans la ville pour répondre à des attentes légitimes que je comprends mais trop souvent simplement pour dissimuler l’absence d’une vraie politique de sûreté. Des caméras de vidéosurveillance ne font pas une politique, et les quartiers que Christophe Béchu a délibérément oubliés pendant six ans méritent mieux que cette absence d’intérêt et de soutien ! »

La candidate aux élections municipales a tenu à faire part de ses propositions : « En matière de sûreté, mes propositions reposent sur deux principes essentiels : prévention et autorité. Prévention en développant des postes de médiateurs, en soutenant les acteurs locaux, car la présence humaine est le meilleur rempart contre de tels actes.  Autorité en maintenant des caméras là où c’est utile, sans dogmatisme, et en renforçant les moyens de la police municipale par une police des transports prenant en compte les besoins des usagers et des personnels des transports publics. »

  • Olivier Douay

    Les propos de Mme Behre-Robinson et de Mme Camara-Tombini sont des propos convenus. Il est sûr que les caméras peuvent être une solution à condition de ne pas être meulées par des « jeunes » comme dans certains quartiers de villes du Sud-Est de la France! On peut se demander quel est l’intérêt des médiateurs. Un renfort de la police municipale de nuit est nécessaire et ces personnes doivent être mieux considérées en raison de la pénibilité de leur métier. Les solutions ne sont-elles pas plus en aval avec le problème du laxisme de la Justice, certains mineurs ressortant trop rapidement du commissariat malgré les méfaits dont ils sont coupables, cela est un problème ne dépendant pas de la municipalité. Groupe Divers-Droite « Choisir Angers » élections municipales de mars 2020

    • Florian

      Avant de penser sanctions (ce qui ne marche pas), il faudrait peut-être désormais penser prévention.