Immobilier : Fin de la loi Pinel pour Angers
Urbanisme

Immobilier : Fin de la loi Pinel pour Angers

Pas moins de 900 villes françaises ne seront prochainement plus concernées par la loi Pinel. Parmi les plus grandes villes françaises exclues de ce dispositif, Angers ne bénéficiera plus de cette aide précieuse pour les promoteurs et les investisseurs.

Immeuble construction

Huit millions de français ne seront prochainement plus éligibles à la loi Pinel. Ce dispositif immobilier permet de réduire ses impôts en investissant dans l’immobilier locatif neuf. Si cette décision fera économiser 700 millions d’euros à l’Etat, il sera privé de 1,5 milliards de rentrées fiscales par an. Le gouvernement justifie cet arrêt par une volonté de se concentrer d’avantage sur les zones tendues.

Ainsi, parmi les 900 villes qui verront ce dispositif disparaître, Saint-Etienne (170 000 habitants), Le Mans (143 000) et Brest (139 000) sont également concernées.

« Certains territoires vont avoir l’impression d’être oubliés », indique au magazine Challenges Patrick Vandromme, le président du lobby des constructeurs de maisons, LCA-FFB.

« Un T2, c’est à 95 % un investisseur qui l’achète. Si les investisseurs ne viennent plus acheter, les immeubles ne se feront pas », ajoute-t-il.

A l’occasion de son habituelle conférence de presse trimestrielle qui s’est tenue le 11 juillet 2018, la Fédération française du bâtiment (FFB) s’est montrée particulièrement inquiète pour l’avenir.

« Le gouvernement en place fin 2017 a raboté le PTZ et le Pinel, supprimé l’APL accession et profondément bouleversé le modèle du logement social ; un effondrement s’en suit presque mécaniquement », a assuré Jacques Chanut, président de l’organisation.

Entre janvier et mai 2018, les autorisations ont baissé de 1,8 % et les mises en chantier de 4,3 %. Les ventes dans le neuf ont chuté de 5,1 % au premier trimestre de cette année.

Selon la FFB, le repositionnement du dispositif Pinel serait à l’origine de 84 % du recul des ventes en investissement locatif.

Selon Challenges.fr : « En Bourgogne-Franche-Comté, la mesure devrait entrainer la « non-construction » d’environ 2000 logements, avec à la clé, la disparition de 4000 emplois et un impact négatif sur les créations d’infrastructures, comme les commerces, les écoles et le transport. »

  • dav49

    Je remarque que vous avez écrit un article suite à ma publication et le lien donné dans le forum dédié a l’immobilier sur Angers! 😉 .

  • Matthieu

    Très mauvaise nouvelle pour l’économie locale.