Face aux agressions, les pompiers du Maine-et-Loire équipés de caméras
Actualités

Face aux agressions, les pompiers du Maine-et-Loire équipés de caméras

De plus en plus de pompiers sont confrontés à des agressions lors de leurs interventions. Pour lutter contre ce phénomène, le Service départemental d’incendie et de secours va profiter d’un dispositif expérimental pour équiper les sapeurs-pompiers de caméras individuelles dès ce week-end.

Caméras individuelles pompiers

SDMIS

« Face à la montée des agressions envers les sapeurs-pompiers en intervention et refusant toute banalisation de ces actes, le SDIS de Maine-et-Loire s’est inscrit dans le dispositif expérimental en équipant ses sapeurs-pompiers de caméras individuelles », indique le préfet René Bidal.

En 2019, plus de 170 sapeurs-pompiers ont été agressés soit verbalement soit physiquement dans le département. Les dépôts de plainte ont progressé de plus de 152 % cette année pour s’établir à 48 contre 19 l’année passée à la même époque.

Les caméras individuelles seront portées lors des interventions de secours afin de prévenir les passages à l’acte et, si cela s’avère nécessaire, collecter des preuves pour identifier et poursuivre les auteurs d’agressions verbales ou physiques à l’encontre des pompiers.

Le centre de secours principal de l’Académie à Angers est désormais doté de 3 caméras piétons. Elles seront mises en service dès ce week-end.

« Les caméras ne seront déclenchées qu’en cas de nécessité, c’est-à-dire lorsque se produit ou est susceptible de se produire un incident de nature à mettre en péril l’intégrité physique des sapeurs-pompiers intervenants, eu égard aux circonstances de l’intervention ou au comportement des personnes concernées », précise le préfet.

Le droit d’opposition au tournage pour ce type de matériel ne s’applique pas. Aucun enregistrement n’est conservé sur la caméra après l’intervention. Les images seront conservées pendant six mois puis détruites automatiquement à l’issue de ce délai. En outre, les sapeurs-pompiers porteurs de ces appareils ne peuvent à aucun moment visionner les images prises, dont l’accès et l’utilisation sont protégés, conformément aux exigences formulées par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL).

  • Emlyne

    Quelle tristesse d’en arriver là..