Le quartier Saint-Serge poursuit sa mue
Urbanisme

Le quartier Saint-Serge poursuit sa mue

Après la nouvelle patinoire et l’imposant et original bâtiment « Métamorphose », un nouvel ensemble immobilier va voir le jour dans le quartier Saint-Serge. Porté par Angers Loire Habitat, les immeubles accueilleront des logements pour étudiants, des bureaux et des logements locatifs sociaux.

Programme immobilier Saint-Serge

Visuel : Patriarche

Le quartier Saint-Serge va continuer à changer de visage dans les années à venir. Après l’inauguration en septembre de la nouvelle patinoire Angers IceParc et du parc Saint-Serge qui l’entoure, les travaux du projet « Métamorphose », lauréat du concours « Imagine Angers », devraient débuter l’année prochaine.

Sur une parcelle adjacente à la patinoire et à l’immeuble Métamorphose, Angers Loire Habitat lancera à la fin de l’année la construction d’un complexe immobilier d’envergure.

Les quatre bâtiments, de 4 à 8 étages, accueilleront 170 logements collectifs étudiants gérés par le Crous, 44 logements locatifs sociaux et 3450 m² de bureaux. Un parking en sous-sol et un jardin central viendront compléter l’ensemble immobilier.

Sur plus de 12 000 m², le cabinet d’architecte Patriarche en charge du projet a voulu « installer un cœur d’îlot fortement paysager, créer des perspectives et des traversées autant visuelles que piétonnes. »

La fin des travaux est prévue pour le 3e trimestre 2021.

  • dav49

    Pas très original ces constructions, et ca manque de hauteur. Pourquoi on limite la hauteur des bâtiments à 8 étages sur Angers? A Bordeaux et Nantes, la plupart des nouveaux immeubles dans les nouveaux quartiers sont en moy de 15 étages ( Quartier Ginko sur Bordeaux, Quartier euronantes ).

    • Zacharie Barrok

      Entièrement d’accord avec toi, il manque de la hauteur. De leur point de vue, je pense qu’ils veulent construire selon la dimension d’une ville moyenne comme Angers (à l’instar des grandes agglomérations de France comme Bordeaux ou Nantes comme tu le cite sur ton commentaire). Ensuite, il me semble que c’est un choix purement « paysager » : mettre en valeur le végétal et le patrimoine angevin (notamment la cathédrale ou le château d’Angers) plutôt que le bâti à « grande hauteur ». En outre, il y a également le point de vue « commercial », la logique de l’offre et de la demande, les habitants d’Angers paraissent plus sensibles à vivre dans des logements à « faible hauteur » voir plutôt en maison individuelle (avec jardin). En ce qui concerne les bureaux, Angers rayonne de plus en plus pour attirer les entreprises mais pas autant que des communes comme Nantes ou Rennes, c’est pourquoi même les constructions de bureaux (en hauteur) sont limitées et n’ont pas de réelles intérêts (en tout cas dans l’immédiat). Néanmoins, cette logique va soulever un problème manifeste : la question de l’étalement urbain (le grignotage de terres agricoles à la périphérie d’Angers…). C’est pourquoi on pourrait se demander si le fait de construire en faveur du confort et de l’esthétique de notre regard sur le paysage de la ville actuellement ne serait-il pas dangereux pour son avenir à long terme ?