Deux mini-forêts urbaine plantées dans les Hauts-de Saint-Aubin et à La Roseraie
Agir pour la transition

Deux mini-forêts urbaine plantées dans les Hauts-de Saint-Aubin et à La Roseraie

Le vendredi 13 janvier, des bénévoles et des élèves de l’école Nelson-Mandela, ont participé à la plantation d’une mini-forêt urbaine dans le quartier des Hauts-de-Saint-Aubin. Le lendemain, une trentaine d’habitants bénévoles étaient mobilisés pour la plantation d’une autre mini-forêt à La Roseraie.

Plantation miniforêt urbaine Hauts-de-Saint-Aubin

Des élèves de l’école Nelson-Mandela ont participé à la plantation d’une mini-forêt urbaine dans les Hauts-de-Saint-Aubin – © Angers.Villactu.fr

Retenue dans le cadre de l’édition 2020 du budget participatif, l’idée de créer des mini-forêts urbaines participatives en se basant sur la méthode Miyawaki devient réalité à Angers. Le concept de mini-forêt a été inventé par le botaniste japonais Akira Miyawaki dans les années 1970. Cette méthode vise à recréer des micro-forêts natives en s’inspirant des mécanismes des forêts naturelles. Une trentaine d’essences sont choisies par forêt, selon le Potentiel Naturel de Végétation et plantées de façon très dense (3 arbres/m2) sur de petites surfaces. Chaque mètre carré de forêt se voit allouer un arbrisseau, un arbre de taille moyenne et un arbre de grande taille. Cela permet de recréer les strates naturelles de la forêt et de favoriser les stratégies de captation lumière optimales. La diversité des essences favorise la réimplantation de la biodiversité.

En juin 2021, la Direction Parcs, Jardins et Paysages de la ville d’Angers a démarré une phase d’études. A l’issue, deux sites ont été retenues : 150 m² rue François Mauriac dans le quartier de La Roseraie et 600 m² rue des Bretonnières, dans le quartier des Hauts-de-Saint-Aubin.

Plantation miniforêt urbaine Hauts-de-Saint-Aubin

Une mini-forêt va voir le jour derrière l’école Nelson Mandela – © Angers.Villactu.fr

Des élèves de CP et CM1 de l’école Nelson Mandela et des habitants bénévoles ont participé vendredi dernier à la plantation de la mini-forêt urbaine qui s’étale sur 600 m² derrière l’école, dans le quartier des Hauts-de-Saint-Aubin. Cet espace accueillera 1 800 arbres et doit permettre d’offrir, dans quelques années, un îlot de fraîcheur aux habitants du quartier. Pour accompagner les écoliers et les habitants dans la plantation et l’entretien de la forêt, la ville s’est rapprochée de l’association MiniBigForest.

Créée par Stéphanie Saliou et Jim Bouchet, MiniBigForest est une association qui a déjà accompagné une dizaine de collectivités dans la création de mini-forêts, majoritairement dans la région nantaise. La spécificité de leur association est de fédérer autour des projets de mini-forêts des habitants qui viennent prendre part à la plantation puis au suivi de la forêt jusqu’à son autonomie.

« Dans chaque mètre carré, nous associons trois essences différentes comme dans une forêt naturelle. L’objectif est que ce boisement soit extrêmement dense. Au fur et à mesure des années, il y aura une sélection naturelle qui se fera. Il faudrait patienter dix ans avant d’avoir une véritable forêt », explique Jim Bouchet.