Chantal Ladesou : « Le rire enlève les angoisses »
Culture

Chantal Ladesou : « Le rire enlève les angoisses »

Avec quarante ans de carrière, une voix inimitable et une énergie à revendre, l’humoriste Chantal Ledesou sera sur la scène du Centre de Congrès ce samedi 15 juin pour présenter son nouveau one-woman-show, On the road again.

Chantal Ladesou

Pascal Ito

Cinéma, théâtre, télévision, comment avez-vous débuté votre carrière ?

Chantal Ladesou : « Je me suis inscrite au cours Simon et j’ai rapidement fait du théâtre de boulevard et des figurations dans les films. Je ne me voyais faire que ça comme métier, il n’y avait que ça qui m’intéressait. De fil en aiguille, petit à petit, c’est monté progressivement. J’ai fait un one-man-show il y a une dizaine d’années qui m’a permis d’être encore plus connue. J’ai globalement fait beaucoup de pièces de théâtre. »

Aviez-vous des modèles ?

« J’adorais Zouc, Jacqueline Maillan et Sophie Desmarets. Je voulais monter sur scène comme elle ! »

Entre la télévision, le théâtre, les one-man-shows, vous n’avez pas beaucoup arrêté depuis vos débuts…vous êtes hyperactive ?

« Oui c’est vrai, surtout qu’entre tout ce que vous pouvez voir, je fais plein de choses, je bouge beaucoup, je suis tout le temps en mouvement mais c’est une vie qui me convient. Je sais me poser, parfois je ferme la boutique (rires). »

Dans votre précédente pièce « Nelson », vous avez joué avec votre fille, votre conjoint Michel est très présent dans votre carrière, la comédie c’est un peu une histoire de famille ?

« J’aime bien travailler en famille, on se dit les choses, c’est très sincère. Lorsqu’après une représentation Michel me dit  « ça n’a pas été du tout » malgré une standing ovation, je sais que c’est sincère et véridique. »

Comment expliquez-vous votre longévité ?

« Peut-être parce que je reste toujours à l’écoute et que je m’émerveille toujours. J’essaie d’être sur tous les fronts, je suis tellement contente de travailler comme ça que ça m’amuse. Ça doit être ça le secret, s’amuser ! »

C’est aussi pour cette raison que vous participez aux « Grosses Têtes » ?

«Ça m’amuse aussi car je voulais faire de la radio depuis longtemps et c’était l’occasion rêvée. Lorsqu’on m’a appelé j’étais ravie. C’est une récréation, il faut être toujours présent, il faut improviser, être au courant des choses, être présente sur l’actualité, sur la vie. »

C’est aussi un peu une bande de copains ?

« Oui c’est vraiment une bande de copains qui s’amusent ensemble. Laurent Ruquier choisit les gens qu’il aime, qu’il a envie de voir, avec qui il a envie d’aller dîner, des personnes avec qui il a envie de vivre des choses, c’est des vacances ! »

Vous allez jouer votre dernier spectacle « On the road again » ce samedi à Angers. Vous avez toujours la même envie ? Un peu de trac ?

« J’ai toujours une petite appréhension, je n’arrive pas comme ça les mains dans les poches.  En même temps je suis très contente d’y aller mais j’ai toujours un peu peur, c’est normal. »

D’un côté, vous avez fait beaucoup de one-man-shows. On pourrait penser que désormais c’est plus facile.

« Non car je ne suis pas blasée, j’ai toujours cette envie d’y aller et cette peur au ventre, c’est ce qui me tient. Si j’y allais en pantoufles, si j’avais plus envie, j’arrêterai. »

Vous parlez de votre vie de femme, de mère, de grand-mère… Vous touchez un peu tout le monde.

« Je parle de moi, je raconte mes histoires, qui sont vraies et que je transforme en anecdotes. Ce sont des histoires dans lesquelles les gens se retrouvent. Souvent lorsque je dis quelque chose sur mon mari, les femmes viennent me dire « c’est tout à fait ça, le mien aussi est exactement comme ça ! ». Elles le supporte plus mais le fait d’en rire, ça les réconforte. Le rire enlève les angoisses, fait passer les choses… »

Au fond, vous êtes angoissée également ?

« Oui je pense que je suis une angoissée. On croirait pas comme ça ! (rires). Mais j’ai toujours cet enthousiasme, cette joie profonde qui est en moi et qui n’est pas tarie. »

Votre mari en prend un peu plein la figure dans votre spectacle. Il ne le vit pas mal ?

« Non parce qu’il rit tous les soirs. Il m’écoute quand même depuis pas mal d’années et il rit tout le temps. Mais il ne se reconnaît pas ! Soit il est neuneu, soit il est de mauvaise foi (rires) ! »

Est-ce que vous parlez d’actualité dans votre spectacle ?

« Très peu mais j’adapte à chaque ville. Lorsque je vais jouer à Marseille je m’adapte car il y a beaucoup de choses à dire (rires). J’aime bien toucher le public dès que j’arrive sur scène. Je ne suis pas du tout en pilotage automatique. J’écoute le public et j’adapte. »

Il y a des thèmes que vous refusez d’aborder ?

« Non, j’aborde tout. Parfois je parle de quelque chose en improvisant et c’est horrible. Mais plus c’est horrible et plus ça passe (rires) ! »

Votre phrasé, cette gouaille, c’est quelque chose que vous travaillez ?

« Non je ne la travaille pas, je suis trop paresseuse ! J’ai une voix comme ça, dès que je la pousse un peu ça donne cette espèce de voix grave. Parfois on me dit que je devrais chante. Pourquoi pas ma carrière est longue et elle est pas finie ! »

Que ça soit avec les « Grosses Têtes » ou dans les différents films auxquels vous avez participé, il y a souvent un lien avec la jeunesse. On vous a notamment vu dans Nicky Larson. C’est important pour vous de passer le flambeau ?

« C’est surtout qu’ils viennent me chercher, je ne vais pas leur dire non ! Dans Nicky Larson, les gens ont pu découvrir mon corps de rêve (rires). Le scénario m’amuse et je trouve cette équipe amusante. J’avais déjà tourné dans Alibi.com en jouant une vétérinaire qui fume des joints et ça m’avait bien amusé. »

Il y a d’autres humoristes que vous aimez ?

« J’aime beaucoup Albert Dupontel et j’adore Blanche Gardin dont je parle dans mon spectacle. »

Après cette tournée, vous avez d’autres projets à venir ?

« Je lis des pièces de théâtre actuellement mais pour plus tard car ma tournée va continuer jusqu’en mars 2020. J’ai un film qui sort le 7 août qui s’appelle « C’est quoi cette mamie ? » avec Julie Gayet, Julie Depardieu, Philippe Katerine… Il s’agit de la suite du film « C’est quoi cette famille ? ». »

Connaissez-vous un peu Angers ?

« Oui et je trouve ça très joli ! Je suis déjà venue jouer, notamment au Grand Théâtre qui est très beau. J’aime beaucoup les paysages angevins. C’est très doux, très joli avec les vielles pierres. »

Que pourriez-vous dire aux lecteurs d’Angers.Villactu.fr pour leur donner envie de venir vous voir ?

« S’ils veulent rigoler, il faut venir ! S’ils ont envie de dormir c’est pas le moment ! Je ne me suis pas vu, je n’ai pas vu mon spectacle, mais on m’en dit beaucoup de bien (rires). »

Date et horaire : Samedi 15 juin à 20h30
Lieu : Centre de Congrès, 33 boulevard Carnot
Tarif : 45 euros
Réservations dans les points de vente habituels.

Par Emmanuel M.

  • Isablle

    Son spectacle était super ! Merci 🙂