Des dégradations en centre-ville lors de la manifestation antifasciste
Actualités

Des dégradations en centre-ville lors de la manifestation antifasciste

Le festival antifasciste organisé par le Réseau angevin antifasciste (Raaf) devait être un moment festif avec conférences et concerts prévus après la manifestation qui s’est finalement mal terminée. La ville d’Angers a annoncé son intention de déposer plainte.

Dégradations manifestation

La journée se voulait festive pour la Raaf qui organisait une journée avec manifestation, conférences et concerts. Plus de 200 personnes étaient présentes au sein du cortège qui s’est élancé à 14 heures de la place Imbach. Selon la Préfecture de Maine-et-Loire, « 50 blacks blocs assez déterminés, venus de Rennes et Nantes, se sont mêlés à la foule de manifestants ».

« Ils ont cherché à s’en prendre à la préfecture, la mairie et la Banque de France, mais grâce au dispositif des forces de l’ordre, ils ont pu être contrôlés et ont pris la direction d’un bar identitaire ».

De nombreuses agences bancaires ont fait les frais des violences qui ont émaillé la manifestation. Ainsi, la Caisse d’Épargne du boulevard Foch, le Crédit Agricole et la BNP du boulevard Saint-Michel, la BNP Paribas au Carrefour Rameau ont notamment été vandalisés. Un incendie a eu lieu dans les locaux de la BNP du boulevard Saint-Michel rapidement maîtrisé par les pompiers entourés de CRS.

Certains manifestants ont voulu se rendre devant le bar identitaire L’Alvarium, avenue Pasteur. Ils ont été bloqués par un important dispositif policier.

La Ville d’Angers a condamnée « avec la plus grande fermeté les violences et dégradations inadmissibles commises (samedi) après-midi dans le centre-ville ». Elle a annoncé qu’elle allait déposer plainte et invité « les établissements victimes à faire de même afin que toutes les  responsabilités soient établies ».

Le réseau angevin antifasciste a décidé d’annuler la soirée conférence et concert qui devait avoir lieu le soir.

La Préfecture de Maine-et-Loire a annoncé que 6 interpellations avaient eu lieu.

  • Vincent

    Scandaleux ! Tout ça pour des casseurs venus de Paris, Nantes et Rennes. Franchement à part casser ces gens là n’amènent rien !