Le budget participatif est désormais bien installé dans le paysage angevin
A la une, Société

Le budget participatif est désormais bien installé dans le paysage angevin

Depuis 2018, la ville d’Angers propose chaque année au printemps que les angevins âgés de 11 ans et plus proposent des idées de projets novateurs et originaux. La 4e édition est ouverte jusqu’au 30 avril.

Récupérateur d'eau de pluie collectif - Budget participatif

Le récupérateur d’eau de pluie collectif a été installé dans les Hauts-de-Saint-Aubin le 1er mars dernier – Angers.Villactu.fr

Pour la quatrième année consécutive, la ville d’Angers propose son budget participatif avec une nouvelle phase d’appel à idées. Depuis le début de l’année, les angevins âgés de 11 ans et plus peuvent déposer leurs idées sur la plateforme ecrivons.angers.fr. Pour être recevable, un projet doit engendrer une dépense ponctuelle, être réalisable dans les deux ans, répondre à l’intérêt général et bénéficier gratuitement à tous les angevins. Chaque année, la ville consacre 1 million d’euros pour la réalisation des idées retenues dans le cadre du budget participatif. Ouverte jusqu’au 30 avril, l’édition 2021 compte 88 propositions déposées contre 195 l’année dernière.

Chaque porteur de projet peut déposer jusqu’à trois idées différentes. « Cette année, nous avons plafonné le montant maximal d’une idée. Un projet ne pourra pas coûter plus de 250 000 euros afin de permettre à chacun d’avoir sa chance », indique Karine Engel, adjointe au maire d’Angers chargée de la citoyenneté.

17 projets réalisés sur les 38 retenus par les angevins

Depuis sa première édition en 2018, la ville a réalisé 17 projets sur les 38 retenus par les angevins. A ce jour, 1,1 million d’euros a été consommé sur les 3 millions d’euros de budget. « Entre l’idée, sa conception et sa mise en place, il faut compter deux ans », explique Karine Engel.

Le dernier projet à avoir vu le jour est le récupérateur d’eau de pluie collectif, lauréat du budget participatif en 2018. Il a été installé il y a un mois au sein de jardins partagés, dans le quartier des Hauts-de-Saint-Aubin. Avec 1 073 voix, les angevins ont été séduits par ce projet porté par Maxime Hugon. A l’aide d’une grande casquette, ce récupérateur d’eau de pluie capte les précipitations et l’humidité atmosphérique. Lors des chaudes journées d’été, la casquette offre également de l’ombre sur les assises placées autour du réservoir en faisant également un lieu de rencontres et de convivialité. La municipalité a investi 20 000 euros dans ce projet.

Récupérateur d'eau de pluie collectif - Budget participatif

Angers.Villactu.fr

Parmi les autres projets qui ont déjà vu le jour, les frigos solidaires commencent progressivement à être déployés dans la ville. Projet lauréat en 2018 et porté par six étudiants de l’UCO qui ont depuis créé l’association « Jaunes engagés 49 » et rejoint « Solidarifood », les frigos solidaires ont pour objectif d’inviter les angevins à déposer leurs produits frais en surplus dans des frigos installés dans des endroits où ceux qui en ont besoin pourront se servir afin d’éviter le gaspillage alimentaire. Un premier frigo a été installé au J (place Imbach) en février 2020. Deux autres doivent être installés dans les Maisons de quartier Marcelle Menet et des Hauts-de-Saint-Aubin dès que les conditions sanitaires le permettront.

Egalement projet lauréat en 2018, les vergers en cueillette libre regroupent quatre propositions faites lors de la première édition. L’idée était que chacun des dix quartiers dispose de son verger en libre cueillette avec des sites qui pouvaient être proposés par les conseils de quartier. La plantation des dix vergers a eu lieu au premier trimestre 2020. Il faudra cependant être patient, sachant que certains arbres fruitiers demandent quelques années avant d’être productifs.

Deux idées déposées par des classes du lycée Wresinski et un habitant d’Angers ont été réunies pour venir en aide à ceux qui souhaitent recharger leurs appareils électriques portables. Ainsi, fin 2019, la ville a installé sept pédaliers permettant la recharge électrique devant des bancs dans différents quartiers. Une façon d’allier activité physique et production d’énergie.

« Les projets portés par le budget participatif sont là pour durer. Ce n’est pas de la poudre aux yeux. Ce sont des projets concrets qui vont rester dans la ville », souligne Karine Engel.

Arbre numérique - Budget participatif

L’arbre numérique permet de se connecter au Wifi et de recharger son portable – Angers.Villactu.fr

Dans le quartier Saint-Serge, à quelques mètres seulement du nouveau skatepark, un arbre numérique a été installé début 2020. Ses branches sont équipées de panneaux solaires, son tronc sert de capteur Wifi et des prises USB permettent la recharge de portables ou ordinateurs. Jacques Perdreau, citoyen engagé et son amie Danièle Mantani, ont eu cette idée il y a quelques années lors d’un voyage à Lisbonne, au Portugal, où un arbre de ce type existait déjà.

« Nous aimerions qu’un arbre numérique voit le jour à Cœur de Maine, à l’entrée du parc Saint-Nicolas et au lac de Maine », espère Jacques Perdreau. Pour Karine Engel, « si l’idée répond à une demande, il est possible à l’avenir de la développer ailleurs, même si ce n’est pas l’idée première du budget participatif. »

Les rencontres nationales des budgets participatifs auront lieu en novembre prochain à Angers

Après Grenoble, Rennes, Montreuil, Paris et Clermont-Ferrand, la ville d’Angers accueillera les 8 et 9 novembre 2021 les rencontres nationales des budgets participatifs. Ce rendez-vous annuel regroupe acteurs, élus et techniciens œuvrant dans des villes ayant déjà mis en place des budgets participatifs. Entre 200 à 300 personnes devraient être présentes à l’automne prochain à Angers.