Un vide-greniers permanent s’installe à Angers
Commerce

Un vide-greniers permanent s’installe à Angers

Les amateurs de vide-greniers vont bientôt pouvoir chiner tout au long de l’année avec l’ouverture le 6 décembre prochain d’un vide-greniers permanent. Ce concept original venu de Finlande séduit déjà de nombreux angevins.

Au Vide Grenier

Camille Menn et Brian Vayssières, co-gérants d’Au Vide Grenier – Angers.Villactu.fr

L’enseigne « Au Vide Grenier », fondée en 2016 en Bretagne, va ouvrir un nouveau magasin le 6 décembre prochain au 50 boulevard du Doyenné. Camille Menn et son frère Thibaut, accompagnés de leur associé Brian Vayssières, ont eu un coup de cœur pour ce concept original importé de Finlande.

« Je suis un amateur de vide grenier mais je n’ai souvent pas le temps d’y aller le dimanche et encore moins d’exposer. Ici il n’y a pas les contraintes d’un vide-greniers traditionnel comme les aléas de la météo, explique Brian Vayssières. Il y a aussi un côté écologique avec le réemploi des objets qui évite la surconsommation », ajoute Camille Menn.

Depuis le 25 novembre, les premiers clients ont commencé à remplir les stands avant l’ouverture prévue le vendredi 6 décembre. Une ouverture particulièrement attendue avec plus de 6 000 personnes qui se disent intéressées sur le réseau social Facebook. Les quelques 150 stands disponibles à la location pour une durée allant de une semaine à un mois ont presque tous trouvé preneur pour le mois à venir.

Sur les 800 m², des vitrines accueillent les objets de valeurs et trois types de stands sont proposés à la location : une grande penderie pour les vêtements, un box simple de 1,70 mètres de large et un box avec une partie penderie pour vendre des objets et des vêtements. Dans le fond du magasin, une zone est dédiée à la vente de meubles.

« Nous conseillons les exposants sur les prix et l’agencement mais chacun est libre de fixer le prix qu’il souhaite. Après, nous gérons les transactions et proposons même de ranger tous les jours le stand durant le temps de location. Les vendeurs ont la possibilité de réapprovisionner leur stand dès qu’ils veulent. A la fin du bail, les clients viennent chercher leurs invendus où peuvent nous les laisser s’ils désirent s’en débarrasser », précise Camille Menn. Le magasin prend ensuite une commission de 35 % sur la vente totale.

Informations pratiques :

  • Yitou

    Super concept ! Hâte de découvrir