Pour lutter contre l’homophobie, l’association Le Refuge arrive à Angers
Société

Pour lutter contre l’homophobie, l’association Le Refuge arrive à Angers

Créée à Montpellier il y a 15 ans, l’association Le Refuge qui aide les jeunes victimes d’homophobie et de transphobie va s’implanter à Angers à la rentrée prochaine.

L’équipe régionale du Refuge

L’équipe régionale du Refuge

Le Refuge est une association française fondée en 2003 par Nicolas Noguier, dont la vocation est d’offrir un hébergement temporaire et de soutenir les jeunes homosexuels majeurs victimes d’homophobie et de transphobie, notamment dans le cadre de leur propre cellule familiale.

Elle est aujourd’hui la seule association en France reconnue d’utilité publique sur les questions LGBTI.

Avec 350 bénévoles, 16 salariés dont 12 travailleurs sociaux, 6 500 adhérents et 18 jeunes en service civique, Le Refuge est présent dans 18 départements, équipés de structures d’hébergement et dans 32 départements avec des correspondants-relais. En 15 ans, l’association a accompagné plus de 7 000 jeunes à travers la France.

« En mars 2017, avec 3 amis nous nous sommes rendus compte que Le Refuge n’était pas présent sur la région des Pays de la Loire, nous avons donc candidaté au rôle de correspondant-relais. Nous avons pour mission de rendre visible l’association dans les administrations comme dans l’espace public, de sensibiliser sur le rejet lié à l’homophobie ou à la transphobie et de collecter des dons car l’association fonctionne à 75 % grâce à des dons privés », explique Antoine Sabatier, délégué régional adjoint.

L’année 2017 a permis à l’association de trouver une trentaine de bénévoles pour Angers et d’aller à la rencontre des associations locales et des pouvoirs publics.

« Aujourd’hui, la mairie nous accompagne par de la mise à disposition future de locaux et d’appartements. Le département nous suit dans des démarches de partenariat, et la région nous soutient financièrement. Le nombre d’associations et de partenaires privés qui mettent en place des actions concrètes pour, ou avec le refuge, nous rendent optimistes sur une installation durable du Refuge à Angers. Il y a malheureusement un important besoin sur la région », ajoute Antoine Sabatier.

En 2016, 3 jeunes des Pays de la Loire ont été hébergés par l’un des 18 départements d’hébergement. En 2017, 9 jeunes et au 30 septembre 2018, 14 jeunes victimes d’homophobie ou de transphobie ont été hébergés par le Refuge au niveau national.

« Cela s’explique par le travail des bénévoles de la région qui à force de communication sur le terrain permettent de libérer la parole des jeunes en souffrance dans leur famille », précise le délégué régional.

L’équipe des bénévoles angevins a déposé un dossier de candidature fin novembre pour qu’une délégation du Refuge soit créée et que des structures d’accueil de jour et de nuit s’ouvrent à Angers. Après l’étude du dossier, le conseil d’administration a validé le 14 décembre dernier, l’ouverture en Maine-et-Loire de la 19e délégation départementale.

L’inauguration est prévue pour le mois de septembre 2019. Une page Facebook a été créée afin de suivre l’avancée du projet.

  • Kevin

    Très bonne nouvelle même s’il ne faudrait dans l’idéal pas en avoir besoin…