Moustique tigre : Les autorités appellent à la vigilance
Santé

Moustique tigre : Les autorités appellent à la vigilance

Ce week-end, les autorités sanitaires ont appelé à la vigilance en raison de la prolifération du moustique tigre présent dans 42 départements, dont le Maine-et-Loire.

moustique tigre

EID MEDITERRANEE / AFP

Vecteur de plusieurs maladies, comme le chikungunya, la dengue ou le zika, le moustique tigre ne cesse de s’installer en métropole. Présent dans un premier temps uniquement dans le sud de la France, il migre progressivement vers le nord. Le Maine-et-Loire, comme la Vendée, fait partie des départements de l’Ouest de la France touchés. Le moustique tigre serait désormais présent dans 42 départements de métropole. « Ce chiffre a doublé ces deux dernières années », a souligné dans un communiqué la Direction générale de la santé (DGS).

La capacité du moustique tigre à transmettre le chikungunya, la dengue ou le zika « en fait une cible de surveillance prioritaire durant sa période d’activité en métropole du 1er mai au 30 novembre », ajoute la DGS. Il est aujourd’hui responsable d’une épidémie de dengue sur l’île de La Réunion.

moustique-tigre-carte

Le moustique tigre est relativement facile à identifier grâce à ses rayures noirs et blanches. De petite taille, il ne dépasse pas le centimètre. Implanté dans plus de 80 pays d’Asie, de l’océan Indien, du Pacifique, d’Afrique, du bassin méditerranéen et des Amériques, le moustique tigre est classé parmi les dix espèces les plus invasives au monde.

A l’heure actuelle, le moustique tigre est surtout très présent sur l’Île de la Réunion. En raison des nombreux voyages entre la Réunion et la Métropole, « il existe un risque d’importation du virus ».

Les autorités sanitaires recommandent aux personnes qui vont à La Réunion « de se protéger contre les piqûres de moustique, y compris en journée, en utilisant des répulsifs pour la peau et les vêtements et en portant des vêtements longs et amples ». Les personnes touchées par la dengue souffrent de douleurs articulaires, musculaires, des maux de tête, une éruption cutanée avec ou sans fièvre, une conjonctivite.

Pour éviter sa prolifération, « il est très important de supprimer les eaux stagnantes même minimes », explique la DGS.

La DGS préconise d’enlever les soucoupes des pots de fleurs ou les remplir de sable, de changer l’eau des vases plusieurs fois par semaine ou de mettre à l’abri de la pluie tout objet pouvant se remplir d’eau.

Un site internet (www.signalement-moustique.fr) permet de signaler les moustiques tigres.

  • vick

    Et oui, si on ne prend pas dès le départ les mesures de précautions destinées à se prémunir du pouvoir de nuisance de certaines espèces invasives, le mal progresse et devient un fléau national incontrôlable…